LECTURE – HOMO DEUS – Sommes-nous réellement libres de nos choix ?

Total
0
Shares

 

Nous poursuivons la publication de quelques extraits en anglais et en français de ce livre passionnant.
Cette semaine quelques lignes sur : sommes-nous réellement libres de nos choix ?
—————–
Aujourd’hui, nous pouvons utiliser des scanners cérébraux pour prédire les désirs et les décisions des gens bien avant qu’ils n’en soient conscients. Lors d’une expérience, les gens ont été placés dans un énorme scanner cérébral, tenant un interrupteur dans chaque main. Ils ont été invités à appuyer sur l’un des deux boutons quand ils en ont envie. Les scientifiques observant l’activité neuronale dans le cerveau peuvent prédire sur quel bouton la personne va bien appuyer avant que la personne ne le fasse réellement, et même avant que la personne soit consciente de sa propre intention. Les événements neurologiques dans le cerveau indiquant la décision de la personne commencent de quelques centaines de millisecondes à quelques secondes avant que la personne n’ait connaissance de ce choix.
La décision d’appuyer sur le bouton droit ou gauche reflète certainement le choix de la personne. Pourtant, ce n’était pas un choix libre. En fait, notre croyance en le libre arbitre résulte d’une logique erronée. Quand une réaction en chaîne biochimique me donne envie d’appuyer sur le bon bouton, je sens que je veux vraiment appuyer sur le bon bouton. Et c’est vrai. Je veux vraiment appuyer dessus. Pourtant, les gens sautent à la conclusion que si je veux appuyer dessus, je choisis de le faire. Ceci est bien sûr faux. Je ne choisis pas mes désirs. Je les sens seulement, et agis en conséquence.
Les gens continuent néanmoins à se disputer sur le libre arbitre, car même les scientifiques continuent trop souvent à utiliser des concepts théologiques obsolètes. Les théologiens chrétiens, musulmans et juifs ont débattu pendant des siècles des relations entre l’âme et la volonté. Ils ont supposé que chaque être humain possède une essence interne – appelée l’âme – qui est mon vrai moi. Ils soutiennent en outre que ce moi possède divers désirs, tout comme il possède des vêtements, des véhicules et des maisons. Je choisirais mes désirs de la même manière que je choisirais mes vêtements, et mon destin est déterminé en fonction de ces choix. Si je choisis de bons désirs, je vais au paradis. Si je choisis de mauvais désirs, je suis envoyé en enfer. La question se pose alors, comment puis-je choisir mes désirs? Pourquoi, par exemple, Eve a-t-elle désiré manger le fruit défendu que lui offrait le serpent? Ce désir lui était-il imposé? Ce désir venait-il de surgir en elle par pur hasard? Ou l’a-t-elle choisi “librement”? Si elle ne l’a pas choisi librement, pourquoi la punir pour cela?
———————–
Today we can use brain scanners to predict people’s desires and decisions well before they are aware of them. In one kind of experiment, people are placed within a huge brain scanner, holding a switch in each hand. They are asked to press one of the two switches whenever they feel like it. Scientists observing neural activity in the brain can predict which switch the person will press well before the person actually does so, and even before the person is aware of their own intention. Neural events in the brain indicating the person’s decision begin from a few hundred milliseconds to a few seconds before the person is aware of this choice.2
The decision to press either the right or left switch certainly reflected the person’s choice. Yet it wasn’t a free choice. In fact, our belief in free will results from faulty logic. When a biochemical chain reaction makes me desire to press the right switch, I feel that I really want to press the right switch. And this is true. I really want to press it. Yet people erroneously jump to the conclusion that if I want to press it, I choose to want to. This is of course false. I don’t choose my desires. I only feel them, and act accordingly.
People nevertheless go on arguing about free will because even scientists all too often continue to use outdated theological concepts. Christian, Muslim and Jewish theologians debated for centuries the relations between the soul and the will. They assumed that every human has an internal inner essence – called the soul – which is my true self. They further maintained that this self possesses various desires, just as it possesses clothes, vehicles and houses. I allegedly choose my desires in the same way I choose my clothes, and my fate is determined according to these choices. If I choose good desires, I go to heaven. If I choose bad desires, I am sent to hell. The question then arose, how exactly do I choose my desires? Why, for example, did Eve desire to eat the forbidden fruit the snake offered her? Was this desire forced upon her? Did this desire just pop up within her by pure chance? Or did she choose it ‘freely’? If she didn’t choose it freely, why punish her for it?

 

Retrouvez toutes les actualités de Connect Institute

Recevez notre news lettre chaque mardi !

RECOMMANDÉS POUR VOUS

SE CONNAÎTRE

        Sur la base d’un document paru dans le site waitbutwhy.com qui traite des questions relatives aux carrières des jeunes, les jeunes du programme MOMKIN ont participé…
Lire cet article