Mohamed Boublouh partage sa réflexion sur l’article : Turning Nairobi’s Public Libraries Into “Palaces for the People”

Total
0
Shares

Pour l’exercice hebdomadaire de cette semaine, les participants MAHIR ont été invités à exprimer leurs réflexions sur l’article Turning Nairobi’s Public Libraries Into ‘Palaces for the People’.

Voici ce qu’a rédigé, Mohamed Boublouh, 22 ans :

L’article présente le travail de l’organisation Book Bunk qui a pour objectif de restaurer et de réaménager les bibliothèques publiques de Nairobi en espaces inclusifs pour tous les Kényans. Leur travail consiste à briser les barrières socio-économiques, ethniques, raciales et religieuses en offrant des espaces dans lesquels chacun peut partager ses idées, ses histoires et ses rêves. Ils cherchent également à ajouter plus de livres en langues africaines et à fournir des services pour les personnes ayant des besoins spéciaux.

L’organisation a aussi entrepris plusieurs initiatives complémentaires pour atteindre son objectif, notamment un projet de recherche qui a identifié plus de 1 300 bibliothèques publiques, privées, institutionnelles et communautaires dans au moins 12 comtés kényans. Ils ont par ailleurs lancé un projet appelé “Green Bunk” qui vise neutraliser l’impact carbone des bibliothèques. De plus, ils ont numérisé des dizaines de milliers de photographies, journaux et documents gouvernementaux datant du XIXe siècle et ont créé une exposition à partir d’archives de journaux anglais et kiswahili des années 1963, 1973 et 1983.

La restauration des bibliothèques publiques de Nairobi est une occasion de briser les divisions sociales et de rassembler des individus de différents horizons. Il est important de créer des espaces dans lesquels les gens peuvent interagir et contribuer à leur ville, tout en se sentant reconnus et légitimés dans leur urbanité. Ce projet de restauration de bibliothèques est un travail de longue haleine, mais il est important pour les générations futures pour qu’ils trouvent du soutien dans les espaces créés aujourd’hui.

Le même travail de rénovation doit être effectué au Maroc dans le but d’amener plus de monde à lire. Les maisons de jeunesse dans tout le Maroc sont soit fermées soit en mauvais état. Je crois que pour favoriser la lecture, il faut travailler sur le rituel de la lecture, lui donner un charme et un poids, tout comme la prière dans les mosquées.

Retrouvez toutes les actualités de Connect Institute

Recevez notre news lettre chaque mardi !

RECOMMANDÉS POUR VOUS

LE MALAISE ET L’ESPOIR

Avec modestie et en reconnaissant que nous ne sommes pas toujours capables de saisir toute la complexité d’une société en pleine mutation et d’un monde en ébullition, on peut tout…
Lire cet article