Fernando Pessoa – Il ne suffit pas d’ouvrir la fenêtre (Texte d’Abdelouadoud)

Total
0
Shares

Dans le cadre du programme à distance LED, les participants MAHIR ont débattu et écrit sur un poème de l’écrivain portugais Fernando Pessoa. 10 lignes, et tant d’interprétations et sensations différentes à la lecture du poème. 

Voici le texte d’Abdelouadoud, 22 ans : 

Analyser des poèmes est devenu l’une de mes passions une fois que j’ai découvert les merveilles des figures de style et de l’utilisation artistique de la langue. Des émotions lourdes et des messages puissants peuvent être transmis en utilisant moins de mots que ce qui est habituellement requis dans un autre registre littéraire. De plus, extraire le sens d’un poème est toujours un bon travail de réflexion et d’exercice de l’esprit, et cet extrait de Poèmes Païens écrit par Fernando Pessoa ne fait pas exception.

Ce court poème était le premier exercice de ce nouveau sous-programme (LED) qui a été proposé après l’enfermement soudain de l’UM6P. Quand j’ai montré le poème à une de mes amies, elle l’a immédiatement reconnu et m’a recommandé l’un de ses livres. Elle a également été surprise que je ne le connaisse pas avant, et je pense qu’elle a tout le droit de l’être. Fernando Pessoa est l’un des écrivains et penseurs les plus influents du XXe siècle. C’est un penseur complexe qui maîtrise l’art des mots. Chaque poème, aussi court soit-il, ressemble à un voyage ; et chaque voyage est caractérisé par un thème spécifique.

Dans cet extrait de Poèmes Païens, il explique comment la «philosophie» nous empêche de voir le monde tel qu’il est. Comment le dogme quelle que soit sa nature (religion, idéologie, philosophie…etc.) déforme la réalité et limite notre compréhension du monde en dehors de ses filtres. Le fait que le dogme rend notre vision et notre interprétation du monde plus subjective nous divise encore plus, nous les humains. C’est ce qui gonfle la tension et élargit le fossé entre «nous» et «eux». Une fois que nous nous livrons à un dogme, nous glorifions toujours notre vision et la soutenons même en ce qui concerne ses points faibles.

Si je devais parler de ma propre expérience, je dirais que penser en dehors du dogme auquel j’étais enchaîné était l’un des chemins les plus difficiles que j’ai empruntés et les résultats les plus difficiles que j’ai obtenus. Cela est vrai parce que nos croyances et notre «philosophie» sont une graine qui a été plantée depuis notre jeune âge. Avec cette image en tête, on peut dire qu’elle est profondément enracinée et donc trop difficile à éliminer. Cependant, une fois que ces mauvais arbres sont arrachés, vous obtenez un espace libre dans notre champ où nous pouvons planter de bonnes graines. Et c’est de la même manière que les mauvaises herbes empêchent les nouvelles bonnes graines de fleurir, les mauvaises pensées et les dogmes empêchent les pensées plus logiques, plus objectives, et plus saines de s’épanouir.

Je ne veux pas m’attarder sur ce sujet qui m’intéresse beaucoup. Les gens me disent que je parle beaucoup de philosophie comme si c’était une mauvaise habitude. Le fait que les gens consacrent moins de temps à se découvrir et à construire leur propre style de vie me rend triste pour eux. Je trouve qu’ils ignorent l’influence de nos idées sur notre expérience avec le monde. Ils se trouvent souvent derrière des buts et des objectifs bêtes (l’argent, le paradis, l’utopie…) qui empêchent parfois leur épanouissement en tant qu’humain. Je conclus en disant que je pense que c’est un excellent choix si nous considérons cette période comme une occasion de réfléchir à notre vie et de réévaluer ce que nous faisons.

Retrouvez toutes les actualités de Connect Institute

Recevez notre news lettre chaque mardi !

RECOMMANDÉS POUR VOUS

NAJTAZ – Contenu

Différents sujets ont été traités par nos jeunes, de littérature, de société, de culture générale, d’histoire,… Héritages : Dans une série qui en est maintenant à son 9ème épisode, consultable…
Lire cet article