La Coupole se prépare à Connect Institute

Total
0
Shares

La matinée du samedi 18 février a commencé avec une séance de relaxation avec l’actrice marocaine Amal Ayouch qui a passé 2 jours dans nos locaux à accompagner nos jeunes dans la préparation d’une pièce de théâtre dans le cadre de notre projet La Coupole.

Nous avons ensuite, dans le cadre du même projet, eu un appel vidéo avec le danseur contemporain Fouad Boussouf ainsi qu’une amie de Connect Institute, Madame Catherine Jaquet.

Après une brève présentation de Connect Institute et de la Coupole, nos jeunes ont montré leurs talents en matière de théâtre, de danse, de musique et de vidéo. Impressionné par leur énergie et leur motivation, Fouad a accepté de venir à Agadir accompagné de Fiona, une de ses danseuses, pour partager ses connaissances avec notre jeunesse.

Voici ce que pensent Abdellah et Hanane de cette journée :

Hanane Oukaddour, 22 ans
“En serrant et relâchant nos muscles avec Mme Amal Ayouch, j’ai ressenti l’énergie m’envahir et par pure intuition je me suis dit que quelque chose de spécial allait se passer en cette journée du 13 février 2021 à Connect.

À 11h du matin, on a rejoint la réunion vidéoconférence avec Fouad Boussouf, quelques participants et coordinateurs de MAHIR Center, M. Taha, Catherine et nous, le comité de La Coupole. En parlant du projet La Coupole et de la réunion du 03 mars qu’on aura à la wilaya, je parviens à toucher la grandeur du projet, le nombre de professionnels qui sont impliqués dedans et qui veulent y contribuer.

Les mesures barrières ne nous ont pas empêché de jouer à nos intervenants, des fragments de la pièce de théâtre accompagnée de la musique, non plus d’exprimer nos sentiments autrement, à travers la danse. Sincèrement, au début j’ai hésité à danser car je ne l’avais jamais fait devant un public, j’étais stressée. Mais quand la musique a commencé à jouer, je me suis lancée en fermant les yeux, en suivant la petite fille en moi. Ainsi je me suis libérée du stress, j’ai découvert mon aise et je m’en fichais de qui me regarde ou qui me juge.

Les yeux des intervenants éblouis de notre danse, notre musique, notre potentiel et talent, ils ont compris qu’on est motivés, prêts à se mobiliser, à apprendre, à s’engager et à travailler. Ainsi, l’énergie contagieuse les a contaminés pour s’impliquer avec nous à accomplir avec succès ce chef-d’œuvre.

À 16h, on a eu une séance de français avec Atika. Les cinquante premières minutes, on s’est exprimé sur ce qu’on avait fait la matinée à Connect. À tour de rôle, chacun a dit ses impressions, comme ça on apprendra comment s’exprimer sur nos impressions et sur ce qu’on fait.

Après, on a lu le fabuleux bouquin “Le petit prince” qu’adore Atika et que moi-même j’ai adoré. Chacun lit une phrase, un paragraphe pour qu’Atika puisse nous corriger les fautes de prononciation. À la fin de chaque chapitre, on discute de ce qui a été dit et de ce qu’on en pense.

Franchement, j’aime sa méthode, j’aime comme elle est spontanée et honnête.”

Abdellah Ben Bella, 20 ans
“Ce fut une journée exceptionnelle, dans laquelle l’artiste Amal Ayouch a terminé avec nous la préparation d’une pièce de théâtre que nous avons pu présenter lors d’une rencontre via Zoom avec plusieurs invités de M. Taha. Parmi les invités se trouvait M. Fouad, un artiste de danse. Et aussi un groupe de participants du MAHIR Center de l’Université Mohammed VI.

Nous avons commencé le matin à finaliser la pièce. La pièce, qui est un dialogue entre des personnages qui ont vécu à différentes périodes de l’histoire. Ces personnalités avaient des points communs les unes avec les autres, car elles vivaient autour de la Méditerranée et leurs idées et leurs œuvres artistiques et littéraires ont eu une grande influence sur les civilisations de la Méditerranée et du monde entier de cette époque à aujourd’hui. D’autre part, il y avait un groupe qui se moquait de ces penseurs et de leurs idées, et on les appelait dans la pièce « le Peuple ». La pièce était accompagnée d’une pièce musicale jouée par les participants du programme DAR MOMKIN.

La pièce se compose d’une introduction et de 4 parties. L’introduction et la dernière partie de la pièce ont été jouées pendant la réunion. En plus de la musique d’accompagnement. Ensuite, lorsque M. Fouad a parlé de l’art et de la danse, un groupe de danses a été présenté par les participants du programme, Hanan, Zainab, Noura, Hamza, Naaima, et Samira.

C’était une bonne expérience pour moi de travailler dans une pièce avec une grande artiste cultivée comme Amal Ayouch. Mme Amal nous a donné une série de conseils. Lors de la dernière séance avec elle, il y a eu un discours court et franc dans lequel elle a expliqué comment nous pouvions prendre les idées et les modes de vie de ces grandes personnalités qui ont vécu une période de l’histoire et ont laissé leur marque.”

Retrouvez toutes les actualités de Connect Institute

Recevez notre news lettre chaque mardi !

RECOMMANDÉS POUR VOUS