Flash (Blog Cover)

FLASH de La L-97

Total
0
Shares

On the way to Rabat, I took the most crowded train in my life ever. I got in, it was hot with almost no oxygen. A person decided to leave the train and not even begin the journey. Another woman called all her family to complain that she is going to faint and that it is unbearable. However, in front of me, there were 3 people whom I focused on who made jokes and I joked back with them…. I did not feel the four hours of the journey.
Reflecting on this, I saw the train as a good emblem of life, some give up or complain and others enjoy it and overcome challenges….

Retrouvez toutes les actualités de Connect Institute

Recevez notre news lettre chaque mardi !

RECOMMANDÉS POUR VOUS
Flash (Blog Cover)

FLASH de La L-96

À 17:00, au carrefour devant l’immeuble de notre bureau, s’est produit un accrochage sans gravité apparente entre un taxi et un autre véhicule. À la fin de nos rencontres à…
Lire cet article
Flash (Blog Cover)

Flash de La Lettre N°75

Durant un stage d’Aïkido animé par un jeune pratiquant moyennement expérimenté, j’entends avec regrets : “Un bon aïkidoka doit pouvoir inventer ses propres techniques”. Un sacrilège pour moi qui ai toujours pris la chose très au sérieux.
Lire cet article
Flash (Blog Cover)

FLASH de La Lettre N°82

Tapis rouge et plan d’accès à l’entrée de l’école ! A quelle occasion ? Aucune affiche n’annonce un événement prévu pour ce jour. Nous avons appris plus tard qu’il s’agit d’une deuxième inauguration du Centre d’Affaires (la première a eu lieu il y a quelques mois) à l’occasion de la visite de la ministre déléguée et le nouveau Wali.
Lire cet article
Flash (Blog Cover)

LL N°132 : Flash.

Je reconnais, j’étais en train de commettre une faute : j’allais garer ma voiture dans un emplacement partiellement interdit, à l’entrée d’un garage de maison. Le gardien, il y en…
Lire cet article
Flash (Blog Cover)

Flash de La Lettre N°72

En rentrant chez moi par une nuit froide, j’aperçois depuis mon taxi une femme entièrement couverte, sauf ses yeux, avec sa fillette, sur le toit d’une Jeep. Dans mon esprit, je me dis “la pauvre, il fait si froid, pourquoi n’est-elle pas assise à côté du chauffeur ?”.
Lire cet article