RÉDACTION – Abu-l-Ala al-Maari : خوى دن شرب فاستحابوا إلى التقى

Total
0
Shares

“خوى دَنُّ شَرب فاستَجابوا إلى التقى، فعيسُهُمُ نحوَ الطّوافِ خوادي” ses vers écrits au 10e siècle par le poète syrien Abu-l-Ala al-Maari, étaient le sujet de rédaction de cette semaine pour les participants au programme NAJTAZ. L’exercice était de retrouver l’auteur et de rédiger en français un texte de 200 mots pour les traduire, les expliquer et les commenter.

Voici quelques-uns des textes envoyés par les participants :

Souad Gangaffou, 20 ans – Youssoufia

Abul-Alâ Al Maari est un poète et philosophe syrien célèbre pour son non-conformisme religieux. Il a écrit de nombreux poèmes et lettres. J’ai découvert un vers dans l’un de ses poèmes disant “Leur pot de vin est terminé, alors ils se sont dirigés rapidement vers la circumambulation”. Abu Al-Ala signifie dans ce vers qu’un groupe de gens immoraux a recouru à la piété après que leur vin ait été épuisé, et ils ont considéré leur religion et leur foi, alors leurs chameaux ont été dirigés rapidement vers la Kaaba pour la pénitence.

Je trouve que ces vers sont semblables avec plusieurs situations passées pendant nos vies. De temps en temps, nous avons pris l’habitude de gaspiller notre vie dans des choses très triviales en les considérant comme d’une grande importance et d’une valeur, jusqu’à ce que nous perdons notre chemin et nous recevons une vraie claque de la réalité. Quand nous voulons rattraper ce qui s’est passé et corriger nos erreurs nous nous retrouvons noyés dans un trou sombre, difficile à surmonter et d’en sortir. C’est la première fois que j’ai traité tel que ce vers écrit en arabe incompréhensible. Je le trouve très compliqué à comprendre.

Rachida Iaich, 27 ans – Tiznit

Le bol de vin est vide, alors ils s’orientent vers la piété, Et ils se précipitent rapidement en direction de la circumambulation.

Ces deux vers sont adaptés du divan du poète reconnu de sa rhétorique linguistique, il s’agit d’Abou Al Alaa Al-Maari, les vers dévoilent le paradoxe de la société qui est oscillée quelquefois vers le licite (le vin) et quelquefois vers l’illicite (la piété). Al Maari s’adresse aux hypocrites qui réclament la pureté et la chasteté dans le moment de la circumambulation en interdisant toutes sortes d’actes qui contredisent la loi divine. La circumambulation, l’un des piliers de l’islam, est un acte qui sert à se débarrasser des péchés et de se rapprocher de Dieu, donc cela clarifie la situation des musulmans qui se repentent après chaque péché. 

D’après la biographie je pense que Al Maari critique la contradiction qu’une personne éprouve dans sa relation avec la religion, car pour lui l’homme ne savait pas comment s’équilibrer entre l’âme et ses désirs et la société et ses limites, et cela mène vers le dilemme, par conséquent la repentance semble le seul moyen de sortir de cette situation complexe.

Douaa Larif, 23 ans – Youssoufia

“Leurs pot de vin est terminé, alors ils se sont dirigés rapidement vers la circumambulation”. Ces vers sont écrit par le poète, l’écrivain et le philosophe Abou l ala al Maari. Il veut dire dans ces vers que les personnes qui nagent dans le débauche et les mauvaises choses, quand leurs pots de vin et les sources de l’inconscience sont terminés, ils ont tourné leurs mules et en hâte ils sont allés pour chercher la rédemption en la circumambulation à la Kaaba. 

Comme notre situation actuelle, il y a des gens qui sont perdus dans un chemin plein de désirs, cherchants une sorte de choses sans importance. Quand il veulent en revenir, ils trouvent que le temps n’est pas de leur côté. Les vers sont écrits en arabe, mais puisque nous n’avons pas la chance de bien connaître cette langue précieuse c’est difficile de les comprendre. 

Kamal Ettaamari, 24 ans – Ait Melloul

Ces vers sont extraits d’un poème d’Abul Ala Al Maari, dont le titre est le même que le premier vers “خوى دَنُّ شَرب فاستَجابوا إلى التقى”. 

Abul Ala Al Maari était un grand poète arabe et philosophe rationaliste vivant dans l’ère abbasside dans une culture entourée de gens dogmatiques religieux qui n’avaient aucune pensée rationnelle et suivaient aveuglément. Il était végétarien et a écrit sur la cruauté envers les animaux, le racisme et les antinatalistes.

Ma traduction de ses vers est la suivante: Lorsque la carafe est vide d’alcool, les malheureux répondent à la piété, et partent au pèlerinage si vite pour se débarrasser de leurs péchés. Ici, Abul Ala Al Maari, veut montrer l’hypocrisie des religieux, qui utilisent la piété comme un bouclier et un outil chaque fois qu’ils pèchent.  Il se moque et met à nu une société hypocrite et malheureuse, qui pense que se secourir avec un tel radeau va les sauver.

Bien que cela soit arrivé à l’époque d’Abul Ala Al Maari, je voie toujours la même hypocrisie aujourd’hui et même pire que ces temps. Les gens essaient même de tromper la religion et ses règles, comme des “cheat days” et “tricks”. Ils disent que, à part Ramadan, nous pouvons boire tout ce que nous pouvons d’alcool, mais il faut s’en abstenir les 40 jours avant le mois de Ramadan pour se purifier et se préparer pour ce saint mois.

Retrouvez toutes les actualités de Connect Institute

Recevez notre news lettre chaque mardi !

RECOMMANDÉS POUR VOUS

NAJTAZ – Contenu

Différents sujets ont été traités par nos jeunes, de littérature, de société, de culture générale, d’histoire,… Héritages : Dans une série qui en est maintenant à son 9ème épisode, consultable…
Lire cet article