RÉDACTION – L’empreinte des civilisations (Texte de Fatima Marouan)

Total
0
Shares

Cette semaine, les participants MAHIR partagent avec vous leurs écrits à propos du 2ème épisode du documentaire ARTE “L’odyssée de l’écriture”.

Voici le texte de Fatima Marouan, 25 ans – Participante MAHIR :

« L’Odyssée de l’Ecriture » est un documentaire inédit qui nous fait voyager dans le temps pour découvrir l’histoire impressionnante de la plus grande des inventions humaines : l’écriture. Le deuxième volet de cette série se penche sur les secrets de fabrication des supports et matériaux d’écriture du passé.

Quels sont ces supports ? Et comment les retards pris par des civilisations en matière d’outils et d’inventions les ont menées vers un malheureux recul civilisationnel ?

Qui dit écriture dit autant de supports et inventions qui ont marqué l’histoire ; des papyrus d’Égypte à l’arrivée de l’imprimerie, chaque outil a permis la diffusion des écritures et le rayonnement des civilisations.
En Égypte antique, le papyrus a joué un rôle majeur dans la promotion du savoir auprès d’un large public. Son utilisation s’étend jusqu’à Rome, permettant d’instaurer une société lettrée où le livre était à la portée de tout le monde y compris des esclaves. Au début du Moyen-Âge, après la chute de l’Empire Romain, l’accès au papyrus est devenu de
plus en plus difficile. Suite à sa disparition, le parchemin, un matériau onéreux – de la peau animale – a pris sa place, transformant ainsi le livre en un objet rare et précieux. On assiste à cette époque à un recul de l’alphabétisation dans toute l’Europe ; cette dernière vivra une longue période sombre dominée par les superstitions et l’ignorance.

Alors que l’Europe s’enfonce dans l’obscurité, les Arabes, grâce au commerce, ont su profiter de certaines innovations issues de Chine comme le papier chinois. Resté pendant longtemps un secret d’État, il parviendra à Samarcande par le biais de prisonniers de guerre dont figurent parmi eux des maîtres de la fabrication du papier. Ce support d’écriture fut rapidement produit dans la capitale Bagdad, conduisant à la propagation des idées et au développement culturel de la civilisation islamique.

Au 15ème siècle l’invention de l’imprimerie par Gutenberg a entraîné des profonds changements en Europe. Le livre devient accessible à un grand nombre de gens, ce qui a facilité la circulation des idées humanistes et le changement de la façon de penser du peuple. Pour des raisons techniques et religieuses les arabes n’ont pas su profiter de cette invention, qui s’implante très tardivement, au milieu du XIXe siècle, dans le monde arabe.
Ce retard d’introduction des techniques d’impression eut comme conséquence la difficulté de l’accession de l’Orient aux Lumières, ce qui explique la régression intellectuelle et culturelle dans le monde arabe.

Comme la roue de l’histoire ne revient jamais en arrière, la civilisation arabe déclinante et autocentrée rata le train du progrès sans pouvoir jusqu’à présent le rattraper.
Si nous prenons conscience des erreurs du passé à travers un regard critique nous parviendrons à tirer des leçons qui nous aiderons à tracer un avenir meilleur.

Retrouvez toutes les actualités de Connect Institute

Recevez notre news lettre chaque mardi !

RECOMMANDÉS POUR VOUS
Epoque (Blog Cover)

PRESSE

S’il fallait apporter d’autres preuves de la faillite de notre système éducatif, en voici dans cet article qui résume le rapport publié par l’UNESCO et qui classe le Maroc parmi…
Lire cet article