El Ghalia et Redouane

Total
0
Shares

Je me suis permis de sortir marcher dans le quartier où j’habite, qui est aussi celui où je travaille. Muni de mon masque, d’un flacon de gel et de mon document de sorite, je suis un circuit rôdé depuis plusieurs jours. Un circuit qui comprend du plat et une montée et qui ne passe pas par des lieux d’éventuels attroupements. Les chiens errants sont aussi pris en considération, mais là je n’ai pas vraiment une grande prise directe mais je peux toujours anticiper et rester vigilant.

La marche et les idées est un sujet qui a fait écrire et réfléchir pas mal d’auteurs et de créateurs. De Machado à Steve Jobs, je préfère cette maxime de Nietzsche : Les belles pensées viennent en marchant…

Oui pendant cette marche, des idées sont venues, de belles pensées et même des actions sitôt programmées et attribuées à différents collaborateurs.

Mais ce n’est pas l’objet ici. L’objet c’est qu’au milieu de cette marche, j’ai aperçu un troupeau de moutons qui se promène et broute en plein quartier de villas. Je n’ai pas reconnu le troupeau bien entendu mais j’ai bien reconnu la bergère. Et je me suis même souvenu de son prénom : El Ghalia (la précieuse). Mince et de taille moyenne, couverte de la tête au pied, mais je l’ai reconnue. Je l’appelle par son prénom sur un ton interrogatif. Elle répond oui, tout en gardant l’oeil sur ses moutons. Je lui dis, en conservant la distance sociale, tu te rappelles l’an dernier ? Elle hésite, puis elle se souvient et demande : comment s’appelle ta fille ? Je comprends qu’elle fait allusion à Salma, une de nos participantes à qui j’avais attribuée la mission d’enquêter (certainement fruit d’une marche précédente) sur cette bergère. C’était il y a plus d’un an.

Salma a fait du bon travail, en compagnie de ses camarades Fatima Zahra et Zakaria, qui s’est terminé par une vidéo, publiée en février 2019 (https://youtu.be/g1-5YiEFdvg) que je trouve excellente personnellement. Je leur rends de nouveau hommage pour cela.

L’objectif, que n’a pas réussi à atteindre ce groupe, était de convaincre cette jeune fille de 17 ans, non scolarisée, à venir à Connect Institute suivre des cours d’alphabétisation. Les parents s’y étaient fortement opposés malgré son consentement à elle.

Aujourd’hui, 13 mai 2020, je rencontre El Ghalia et son troupeau de moutons et de chèvres. Mais elle n’était pas seule. Un petit bout de bonhomme avait un gros caillou à la main qu’il a jeté en direction de quelques éléments égarés du troupeau. Le gros caillou atterrit sur l’asphalte au milieu de la route. Je le regarde. Il me dit : je vais le ramasser et explique que des voitures pourraient passer et se faire écraser les pneus.

Redouane est le frère d’El Ghalia.
Il a six ans. Il est beau. Il est intelligent. Il est plein d’énergie …

Retrouvez toutes les actualités de Connect Institute

Recevez notre news lettre chaque mardi !

RECOMMANDÉS POUR VOUS

SE CONNAÎTRE

        Sur la base d’un document paru dans le site waitbutwhy.com qui traite des questions relatives aux carrières des jeunes, les jeunes du programme MOMKIN ont participé…
Lire cet article

LECTURE – Emmanuel Todd

Ce livre est remarquable. Il explique scientifiquement les raisons du développement et des blocages actuels par notamment le facteur Éducation. Voici un passage sur la lecture. Nous comprenons mieux pourquoi…
Lire cet article

ILLETTRISME

L’ANLCI définit l’illettrisme comme “la situation de personnes de plus de 16 ans qui, bien qu’ayant été scolarisées, ne parviennent pas à lire et comprendre un texte portant sur des situations…
Lire cet article